Jean-Loup BERNARD

Simplement Poète

Pour découvrir l'exposition, cliquez l'oeuvre de votre choix

 

"Surfaces imparfaitement révélées par un geste emprunté au peintre, compositions nuancées de tâches grises partiellement colorées, les photographies de Jean Loup BERNARD se singularisent par une esthétique qui relève d'une démarche de plasticien. D'autres, avant lui, se sont essayés à contourner la rigidité du cadre, à fuir le perfectionnisme du "beau" tirage, à échapper aux limites formelles du genre et à la contrainte du sens. D'ailleurs, de son propre aveu, c'est la rencontre avec des plasticiens qui l'ont détourné de sa pratique initiale, le reportage.

Il y a quelques années, muni d'un appareil photo dont il veut juger de la qualité, il pénètre dans son poulailler. Jean Loup BERNARD est un habitué du jardin dont il cultive légumes, fruits et autres douceurs terrestres. La situation lui inspire une prise de vue au raz du sol, sans visée, - la série de photographies résultante s'intitulera avec un certain humour "Viens poupoule..." - telle une chasse instinctive. Posté très prêt des pensionnaires effarouchées, c'est le mouvement qui s'impose, celui des volatiles mais aussi celui du photographe. Assurément, quelque chose de nouveau le traverse. L'arbitraire impose son impression ; des noirs profonds, des formes indécises, des expressions inhabituelles, la maîtrise est mise à mal... le rituel photographique piqué au vif.
Est-ce là le signe d'une rupture ?
Le geste n'est pas anodin, le photographe accepte l'émergence du hasard, notion avec laquelle il lui faudra désormais composer. Le mouvement traduit une certaine énergie. L'homme n'en manque pas , il porte un corps viril, robuste, terrien, mais trahit par une sensibilité aiguisée, latente, perceptible dans ce tremblement qui effleurera, plus tard, la couche argentique du papier photographique.

Deux silhouettes enlacées devant le pont de Brooklyn, l'étendard National fouetté par une brise légère, un pompier au repos, reflets humains en vitrine, la poésie est quotidienne. New-York, son bruit, ses gratte-ciels, ses espaces, ses ponts, sa population, son gigantisme, tout se conjugue tant bien que mal, dans l'apparence. L'auteur le sait et évite habilement, la facilité du spectacle des formes. Ses prises de vues semblent neutres comme celles de cartes postales qui évoqueraient le souvenir d'un voyage touristique. Mais les tirages photographiques soulignent le subterfuge, la technique très tenue, traduit l'importance du geste, de ce qui est effacé ou montré. Chaque image révèle sa substance, sa " peau ", et derrière, le vide... ce fond qui paradoxalement, nous donne à voir la manipulation, la subjectivité du regard et le propos de l'artiste.

Une certaine densité traduit l'inquiétude de l'homme. Il s'émeut devant de simples pommes de terre, souligne les frises, du chou, la banalité d'un amas désordonné de cagettes aux formes expressives mais aussi la beauté d'une silhouette nue couchée sur le sable. Le regard oppose la pierre lourde et l'herbe souple, en négatif. Le dilemme fait figure d'autoportrait. L'auteur trouve l'inspiration dans la solitude offerte par le jardin, le laboratoire ou le paysage. Jean Loup BERNARD est - comme cette eau qui lui révèle une "âme de fond" - dense, sensible et généreux."

Bernard Molins 18 février 2003
* expression tirée du titre d'une de ses séries

 

Jean Loup BERNARD né en 1956 à Nantes.

Photographe plasticien, il développe depuis une dizaine d'années une technique originale et une recherche esthétique pour aller à l'essentiel. Avec Jean Loup BERNARD, la photo se simplifie pour ne restituer que la poésie du moment.

´╗┐